Il n'y a pas de raison pour que le stockage secondaire soit cher ou difficile à gérer

On estime qu’environ 80 % des capacités de stockage des entreprises sont actuellement allouées à du stockage secondaire. Le stockage secondaire est en général du « stockage de masse » utilisé dans des cas tels que les données froides, les données à longue durée de conservation et qui sont encore nécessaires en ligne, l’archivage ou la sauvegarde en ligne, le stockage de fichiers, le stockage hors site (par exemple à des fins de reprise après sinistre et qui peut également se situer dans le cloud) et le stockage privé dans le cloud (avec une capacité sur site à faible coût). Pour ces scénarios d’utilisation, il s’agit de volumes de données considérables qui n’ont pas besoin du même niveau de performances que vos applications de production stratégiques. Il est néanmoins capital que toutes ces données restent accessibles en cas de besoin.

Non seulement le stockage secondaire consomme une part non négligeable du budget informatique de l’entreprise, mais il a toujours été difficile à gérer en raison de la fragmentation, et souvent de l’insuffisance, de ses infrastructures.

Deux problèmes essentiels à résoudre

Les deux difficultés les plus courantes auxquelles font face les utilisateurs de moyens de stockage secondaire sont le coût et la gestion. L’utilisation de dispositifs de stockage existants ou de matériel de stockage relativement bon marché dans ce type de cas s’est traduit par le recours à un certain nombre de technologies différentes. D’un côté, cela a conduit à la fragmentation de l’infrastructure de stockage, ce qui, venant souvent s’ajouter à la multiplication des niveaux de service de stockage, a nettement compliqué la gestion globale du stockage secondaire. De l’autre, l’harmonisation d’un paysage de stockage aussi hétéroclite exigerait de nouveaux investissements considérables. Comment le service IT peut-il donc surmonter ces obstacles ?

Utiliser le SDS pour le stockage secondaire

Pour résoudre ces problèmes, les services informatiques modernes se tournent vers la technologie du software-defined storage (stockage défini par logiciel ou SDS). Tout comme la virtualisation a contribué à résoudre des problèmes similaires au niveau des ordinateurs, le SDS aplanit les difficultés dans l’espace de stockage.

stockage-secondaire

 

Le software-defined storage aide à abaisser les coûts élevés des volumes dont a besoin le stockage secondaire, tout en offrant une gestion centrale et uniforme de toute l’architecture de stockage. On peut ajouter à ces capacités des fonctions de haute disponibilité, de hiérarchisation automatique et de thin-provisioning, qui contribuent à réduire encore les besoins de tâches de gestion, tout en garantissant la disponibilité permanente des données.

La technologie du software-defined storage présente un avantage supplémentaire, qui est de rendre l’environnement évolutif et facilement extensible, de faciliter la migration des données et d’offrir une gestion uniforme du stockage. Grâce à cette solution, les utilisateurs peuvent exploiter des fonctions de stockage haut de gamme sur n’importe quel disque, avec une démarcation nette entre le stockage primaire hautes performances et le stockage secondaire économique. Le résultat est d’apporter au marché une économie similaire à celle du cloud.

JenaOptronik, société pionnière dans la recherche sur l’espace multispectral et l’un des leaders du marché mondial des capteurs d’orientation, utilise une solution de stockage secondaire à base de SDS pour compléter son infrastructure de haute disponibilité.

La solution mise en place par JenaOptronik est optimisée en vue de stocker des volumes élevés de données de façon économique. La société assure ainsi la haute disponibilité des données de production et de développement actuelles et passées de ses capteurs d’orientation innovants et peut accéder rapidement à ses données de projet avec une période de conservation de plus de 20 ans.

« L’indépendance de la solution de DataCore vis-à-vis du matériel est la clé d’une infrastructure pérenne et souple, avec des coûts d’extension calculables. Nous pouvons intégrer de nouvelles technologies de stockage et être prêts à affronter les 20 prochaines années » Reiner Pohl, directeur informatique de Jena-Optronik.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur la façon dont le stockage secondaire de DataCore peut vous aider, il vous suffit de demander dès aujourd’hui une rapide démonstration en direct par l’un de nos architectes de solutions spécialisés pour tout savoir !

Publications associées
 
La différence entre haute disponibilité et reprise après sinistre
Si vous travaillez dans l’informatique, vous avez rencontré plus d’une fois les notions de haute disponibilité et de reprise après sinistre. Ces deux concepts sont…
 
Se préparer à un tsunami de données médicales dans le secteur de la santé grâce à des solutions indépendantes du matériel
  Les informations et les données médicales des patients sont une des principales ressources des hôpitaux et des systèmes de santé. Le secteur de la…
 
Ce qu’il manque à votre stratégie de reprise après sinistre : 3e partie
Si vous avez suivi cette série, notamment 17 statistiques choquantes sur la reprise après sinistre et la résilience des entreprises : 1ère partie et Votre stratégie de…